28/01/2008

28 janvier 2008 - 13:44

blogPetite conversation téléphonique, jeudi passé.

- Bonjour Monsieur, Trucmuche de la société Télé2, vous allez bien ?
- Bonjour monsieur, je vais très bien merci mais je vous dis tout de suite que ça ne m'intéresse pas !
- Et même pour faire des économies ?
- Oui oui, même pour faire des économies !
- (un peu décontenancé) Mais laissez moi juste vous présenter nos produits et on pourra en discuter après si vous le voulez.
- (sans me laisser démonter) C'est bien gentil monsieur mais je ne voudrais pas vous faire perdre votre temps.
- (changeant de branchement dans son organigramme logique de réponses) Mais c'est mon travail monsieur, il n'y a pas de problème :)
- (du tac au tac avec un grand sourire dans la voix) Oui mais ce n'est pas le mien monsieur, bonne soirée
- (déçu) Bonsoir monsieur.

Ah, ces télévendeurs, j'adore les remballer comme ça. Je sens que je vais mettre au point quelques techniques originales de remballage pour me marrer un peu. Vous avez des idées ?

13:51 Écrit par Sephiraph | Lien permanent | Commentaires (2) | Tags : televendeur |  Facebook |

Commentaires

°°° Je trouve que tu te débrouilles TRES bien !

Surtout que cette société est une vraie sangsue, j'ai du menacer d'aller voir Test Achat pour qu'ils arrêtent de me harceler : ils en étaient venu à me sonner à 21H, 21H30 alors que Yoann n'avait qu'environ 5 mois ... Du coup, plus de nouvelles ! :)

Je t'embrasse et je t'envoie un sms à la seconde, concernant tu-sais-quoi (ou tu-as-oublié-peut-etre).

biz frérot

Écrit par : Chloé | 29/01/2008

Moi, ce que je déteste, c'est les numéros cachés.Eux ont ton numéro de téléphone par "des listes" (impossible d'en savoir plus) mais quand ils t'appellent, tu ne vois pas le numéro de ton correspondant.
Alors, je leur dis que comme ils ont mon numéro de téléphone, moi je voudrai avoir le leur pour qu'on puisse parler d'égal à égal en promettant de leur retéléphoner. Ils vont dire non c'est pas possible et tu insistes.Tu verras, ils finiront par raccrocher.

Écrit par : Charles Monroe | 02/02/2008

Les commentaires sont fermés.